Logiciel de facturation obligatoire : Lequel choisir pour être en règle ?

Logiciel de facturation obligatoire

Avec un logiciel de facturation, on peut très facilement tracer les devis, les bons de commande et les factures. En plus d’être très pratique, dans certains cas, son utilisation est également obligatoire.

Quand est-il obligatoire d’utiliser un logiciel de facturation ?

Conformément à la loi, toute entreprise n’est pas tenue de disposer d’un logiciel de facturation tant que ses factures et devis soient bien conservés (version papier, fichiers électroniques…). Par contre, si on se porte sur la loi de finances de 20116, toute entreprise assujettie à la TVA devrait utiliser un logiciel de facturation afin de faciliter le contrôle fiscal.

À part cela, bien qu’une entreprise bénéficie du régime de franchise en base de TVA, par rapport à la loi anti-fraude de 2018 (article 286 du CGI), si elle utilise un système de caisse, il faut obligatoirement que ce dernier intègre une solution de facturation numérique (édition facture et enregistrement).

Comment choisir un logiciel de facturation conforme aux règlementations en vigueur ?

Pour faire le choix d’un logiciel de facturation, il est important de prendre en considération plusieurs critères. Avant tout, il doit s’adapter au besoin de l’entreprise. Si vous êtes par exemple un artisan, l’idéal serait d’opter pour un logiciel qui propose un maximum d’option en matière de devis. Par ailleurs, pour accroitre la performance de votre entreprise, il serait également judicieux de prévoir un logiciel qui intègre une solution de gestion de la relation client (CRM). Enfin, pour compléter le tout, il est également conseillé d’avoir un logiciel qui embarque un tableau de bord simplifié (résumé CA, liste de facture à recouvrer, liste de commande à valider…).

A lire aussi :   Comment activer ou désactiver la disparition des messages dans un groupe WhatsApp sur un smartphone Android ?

Outre ces paramètres, la modularité du logiciel devrait également être considérée. Si vous êtes par exemple une PME, le mieux serait d’opter pour un ERP ou un progiciel de gestion intégré. Ayant comme base la facturation, de fil en aiguille, vous pouvez par la suite déployer les autres fonctionnalités proposées par le PGI (compatibilité, GRH, gestion des stocks, gestion commerciale, gestion des fournisseurs…).

Enfin, il faut également tenir compte de la licence (gratuite, open source, propriétaire…) et de la technologie utilisée par le logiciel (SAS, in Cloud…). Mais dans tous les cas, si vous voulez disposer d’un logiciel de facturation fonctionnel et garanti sans bug, il est conseillé d’opter pour une solution dotée d’une licence propriétaire comme Sage ou EBP.

Article publié par

Laisser un commentaire

Vous êtes ici : Accueil » Logiciels & Applications » Logiciel de facturation obligatoire : Lequel choisir pour être en règle ?